10 choses à savoir pour le choix de vos chaussures de trail

10 choses à savoir pour choisir vos chaussures de trail

Les chaussures de course sont pleines de technologie ; en fait, il y a parfois tellement de technologies, tellement de variantes et tellement de modèles que choisir la meilleure chaussure de course peut devenir un peu difficile. 

Pour vous aider à naviguer dans le monde de la chaussure de trail running et pour vous donner une longueur d’avance, nous avons démoli 10 idées courantes pour vous aider à prendre la meilleure décision pour vous, et pour choisir avec discernement cet équipement essentiel du trail.

1 – VOTRE FAÇON DE COURIR N’EST PAS FIXE 

Essayez de ne pas faire une fixation sur le fait que vous êtes un coureur étiqueté sur-pronateur, sous-pronateur ou neutre. La vérité est que lorsque vous êtes sur un sentier, des règles différentes s’appliquent. 

Le problème de bon nombre de ces évaluations de la démarche est qu’elles sont effectuées dans des conditions contrôlées, à l’aide de caméras au ralenti, avec des jambes fraîches sur la surface immuable d’un tapis de course.

Au contraire de la route ou d’un tapis de course, la surface et le revêtement sont amenés à changer de manière constante lors d’un trail. Cela signifie que l’interaction de votre pied avec le sol sera rarement la même. Vous avez besoin d’une chaussure qui vous soutienne, certes, mais comme le terrain change constamment, votre démarche change aussi. 

La façon dont vous courez peut changer considérablement sur un certain nombre de foulées, simplement à cause des différentes surfaces sous le pied. Les chaussures de trail sont donc principalement conçues pour un terrain changeant.

2 – LE GORE-TEX® GARDERA VOS PIEDS AU SEC (ET MOUILLÉS)

Les membranes imperméables protègent vos pieds du froid et de l’humidité lorsque vous courez dans l’herbe humide, les flaques d’eau, la boue et la neige. Elles permettent également à la vapeur de sueur produite à l’intérieur de la chaussure de s’échapper.

Grâce à cela, vos pieds sont maintenus au sec durant l’entièreté de la course.

Toutefois, si vous pensez que vous rencontrerez de l’eau au-dessus de la ligne de la cheville, vous pouvez envisager une paire de chaussures de trail sans membrane. L’absence de membrane permet à l’eau de s’écouler rapidement au lieu de s’accumuler dans la chaussure et de vous alourdir. 

D’autres préfèreront opter pour des guêtres de trail, qui vous assurent imperméabilité en vous protégeant des gravillons et des branches pouvant s’incruster dans vos chaussures.

Par ailleurs, n’oubliez pas que les membranes imperméables peuvent également vous aider à garder vos pieds au chaud les jours de grand froid, même par temps sec.

Deux trail runners en plein exercice

3 – L’ABSORPTION DES CHOCS EST UNE BONNE CHOSE

À moins que vous ne soyez un coureur d’avant-pied expérimenté, vous souhaiterez probablement avoir une chaussure avec une quantité modeste d’amortissement, en particulier autour du talon. 

Classiquement, la semelle d’une chaussure de course est plus épaisse autour du talon et plus fine autour des orteils, car la majorité des coureurs atterrissent sur le talon, qui absorbe l’impact. 

Les coureurs de grande taille, les débutants et les personnes qui se lancent dans de longues courses ont tout intérêt à choisir une chaussure dotée d’un bon amorti. Cela permet d’éviter les blessures, de réduire la fatigue et d’assurer votre confort. 

Le changement de hauteur entre le talon et l’avant-pied est connu sous le nom de  » drop « , car la hauteur de la chaussure diminue. Cependant, des niveaux d’amortissement plus élevés ne signifient pas nécessairement un drop plus important. Les chaussures peuvent avoir beaucoup d’amorti au niveau du talon et de l’avant-pied, mais avec un très petit drop et vice-versa.

4 – LA COURSE “PIEDS NUS” EST UNE TECHNIQUE QUE L’ON APPREND, PAS UNE CHAUSSURE QUE L’ON ACHÈTE.

Comme tous les sports, la course à pied présente un certain nombre d’approches contrastées d’un même problème. Ce problème est l’impact, d’autant plus que la majorité des coureurs se déplacent sur du béton. On peut par exemple choisir des chaussures absorbant les chocs, comme nous l’avons vu. Autrement, on peut aussi utiliser des chaussures minimalistes, donnant l’effet de courir pieds nus.

Les chaussures minimalistes éliminent la grande majorité de l’amorti. L’argument est que lorsque nos chaussures sont moins rebondissantes, nous ne pouvons pas courir de la même manière. 

L’élimination du rembourrage nous oblige à faire des foulées plus courtes, à placer l’atterrissage sur l’avant-pied et à absorber une grande partie de l’énergie par des genoux pliés et souples, un peu comme un skieur. 

Aussi bon que cela puisse paraître, il est important de comprendre que les chaussures minimalistes ne sont pas un simple achat ; il s’agit d’une manière complètement différente de courir, dont le développement peut prendre du temps et des efforts. 

En outre, sur le sol souvent rocailleux et enraciné d’un sentier, les chaussures minimalistes offrent peu de protection.

A lire aussi : Quel drop choisir pour vos chaussures de trail ?

Chaussures minimalistes pour le trail

5 – LES CHAUSSURES DE TRAIL NE SONT PAS SEULEMENT DES CHAUSSURES DE ROUTE « ADHÉRENTES ».

L’absorption des chocs a déjà été abordée, mais il est bon de répéter que sur les surfaces légèrement plus molles des sentiers naturels, ainsi que la nécessité d’avoir un centre de gravité bas, les chaussures de trail ont tendance à avoir un peu moins de rembourrage, ce qui rend la chaussure plus basse et plus stable. 

L’adhérence, ou « motif de crampons », varie également beaucoup sur les chaussures de trail, avec des motifs plats et relativement lisses pour les surfaces sèches et régulières, et des motifs profonds et en forme de griffes pour les sols meubles et boueux. 

Elles sont également dotées de caractéristiques qui protègent vos pieds contre les objets en saillie sous le pied. La tige de la semelle intermédiaire, par exemple, est une fine plaque de plastique qui protège le pied contre les chocs. Certains préfèrent ne pas en avoir afin de sentir tout ce qui se trouve sous le pied et d’adapter leurs pas en conséquence, tandis que d’autres veulent cette protection.

Cependant, sur les courses vraiment longues, la protection devient de plus en plus importante, car la probabilité de blessure augmente.

6 – VOS CHAUSSURES VOUS CHOISISSENT

Lorsque vous vous trouvez dans un magasin ou que vous naviguez sur Internet, vous vous rendez rapidement compte de l’étendue du choix. Pour vous aider à le réduire, vous avez peut-être déjà mis en place quelques filtres mentaux, comme une marque ou une couleur particulière. 

Mais une approche beaucoup plus efficace consiste à accepter que ce n’est pas vous qui choisissez la chaussure, mais la chaussure qui vous choisit. Ce n’est pas si mystérieux que cela en a l’air, en fait, quand on y réfléchit, c’est la seule approche logique, qui consiste à dresser la liste de vos exigences et à laisser celles-ci filtrer et réduire la gamme.

Commencez d’abord par mesurer vos pieds de manière précise. Il ne s’agit pas seulement de la longueur de votre pied, mais aussi de sa largeur, de sa hauteur et de sa souplesse, autant d’éléments qui affineront vos options. 

Vous devez également penser au terrain sur lequel vous allez vous déplacer, car cela a une incidence sur la profondeur des motifs d’adhérence, l’imperméabilité et la quantité de rembourrage dont vous aurez besoin. 

Protection des orteils ? Une semelle intermédiaire pour protéger des pierres ? Définissez vos besoins et la bonne chaussure se présentera d’elle-même.

Traileur qui court dans le désert

7 – VOTRE SEXE COMPTE VRAIMENT

Les chaussures pour femmes ont évolué et, ce faisant, une toute nouvelle compréhension des différences biomécaniques entre les sexes a vu le jour. 

Bien évidemment, hommes et femmes ne doivent pas être forcés de s’en tenir aux chaussures “sexuées”. Si elles conviennent et sont adaptées à l’usage qu’on en fait, elles sont correctes. Mais lorsque vous choisissez des chaussures, surtout pour les femmes, vous n’avez plus besoin de faire des compromis aussi radicaux.

8 – VOS CHAUSSURES SONT AUSSI IMPORTANTES QUE VOS CHAUSSETTES

Certaines chaussures vous donnent chaud aux pieds et les font transpirer, d’autres vous donnent des ampoules, d’autres encore sont tout simplement inconfortables. Toutes ces choses sont peut-être vraies, mais ce qui est souvent méconnu, c’est que ces problèmes peuvent parfois être atténués par une paire de chaussettes de course de bonne qualité. 

Les chaussettes de course sont spécialement conçues pour une utilisation à haute intensité et à haute friction. Elles ont généralement des coutures très plates qui permettent d’éviter les pincements et les plis. Elles utilisent également des fibres douces et élégantes qui permettent de réduire les frottements et d’évacuer l’humidité de la peau, réduisant ainsi les risques d’ampoules. 

Vous pouvez également constater qu’elles comportent des zones de rembourrage autour du talon et sur le dessus du pied pour un meilleur confort. 

Chaussettes de compression pour le trail

9 – UNE COUPE ADAPTÉE ET ABSOLUMENT PRIMORDIALE

Si vos chaussures ne sont pas adaptées, vous ne voudrez pas courir avec. C’est aussi simple que cela. Si elles sont trop grandes, vous aurez des mouvements excessifs et des frottements, si elles sont trop serrées, elles vous endommageront les ongles des pieds et compromettront la circulation sanguine.

Il va sans dire qu’une chaussure adaptée sera plus confortable. Prenez le temps de faire mesurer vos pieds par un professionnel, ce qui comprend la longueur, la largeur, la souplesse, ainsi que la largeur du talon et la hauteur de la voûte plantaire. 

Une bonne pointure doit être bien ajustée partout, mais serrée nulle part. Pensez cependant à avoir un peu d’espace autour des extrémités des orteils. Vous vous en féliciterez en descendant des pentes raides.

10 – UN JOUR, VOS CHAUSSURES VONT MOURIR

Après tout cela, il convient de souligner que, malheureusement, un jour, vos chaussures seront usées et devront être remplacées. Elles subissent une usure considérable qui finit par comprimer tous les matériaux de rembourrage. 

Vous êtes peut-être très attaché à vos chaussures, mais courir avec de vieilles chaussures fatiguées peut en fait être très préjudiciable à vos articulations et à votre forme. 

Ne soyez pas sentimental, quand il est temps de remplacer ces vieilles chaussures usées, assurez-vous de le faire avec suffisamment de temps pour vous habituer à la nouvelle paire, surtout si vous avez une course à venir.

 Ou si vous trouvez un style qui vous plaît vraiment, envisagez d’investir dans quelques paires, de cette façon vous en aurez en réserve.